Moteurs

Audi Quattro Concept

La première Audi Quattro dévoilée en 1984 est devenue le pire cauchemar de tous les constructeurs de l’époque qui se disputaient la première place des rallyes automobiles.

Avec la Quattro Concept, Audi rend hommage à ce modèle mais aussi à son écurie très avant-gardiste qui n’a pas suivi la course folle aux « chevaux » de ses concurrents mais s’est plutôt concentrée sur une répartition parfaite de la puissance.

Pari gagné avec un système 4 roues motrices permanent et un différentiel permettant de moduler la puissance sur le train avant et arrière. Même avec une centaine de chevaux en plus, la Quattro était redoutable pour ses concurrentes.

Son agilité dans les virages et les terrains difficiles était à la limite de l’insolence, ce qui avait le don d’énerver les écuries qui tentaient de faire disqualifier la Quattro des Rallyes après tant de victoires.

Un état d’esprit en 7 min, à regarder absolument.

Imaginez donc la rage des pilotes se faisant dépasser par le pilote surnommé « le beau volcan noir » qui n’est autre que Michèle Mouton , -une- pilote française qui en l’espace de 2 ans remporte 4 rallyes! Messieurs, cette femme vous dépose au feu rouge comme on dit dans le jargon.

Design

Il est certain qu’après tant d’années, la Quattro d’époque regorge d’angles et trahi ainsi son héritage d’équipes d’ingénieurs. Mais aux yeux des amateurs de rallyes, la Quattro s’assimile à la plus belle fille du bal de promo et restera gravé dans leur mémoire à jamais, comme un rêve de jeunesse.

Pour cette nouvelle version, Audi traduit dans son langage stylistique moderne toute la nostalgie de la Quattro.

Une voiture performante


Pour conserver ses gênes sportifs, Audi a réduit à l’essentiel les éléments stylistiques de la voiture en utilisant de l’aluminium et du carbone.


Le résultat est assez surprenant avec une carrosserie qui ne pèse que 159kilogrammes.

Avec son moteur 5 cylindres de 408ch, la Quattro affiche un rapport poids/puissance comparable à celui de la R8 de 505ch.

Une voiture fonctionelle

Sans aucun doute ma partie préférée de cette voiture puisque les designers ont réussi à retranscrire l’ultra-agressivité de la Quattro avec sa calandre Singleframe dépouillée et imposante, ses entrées d’air moteur, ses angles saillants et ses arches de roues prononcés. Et tout ça sans chrome, ou éléments purement décoratifs.

L’habitacle est minimaliste et structuré, laissant place au pilotage pur et dur. Le volant est un volant et non pas une commande centrale de porte-avion. La planche de bord très fine et retro-éclairée laisse également place à l’essentiel.

Seul divertissement à l’intérieur du véhicule, mais digne d’un James Bond, l’affichage des informations au conducteur.

Et pour le passager? Considérer le plutôt comme votre Co-Pilote!

Cet article a été réalisé en partenariat avec Audi qui nous a invité en Allemagne pour découvrir cette voiture qui a fait vibrer le clubs d’amateurs de mécaniques auquel je participe également : les vilains.

Retrouvez la suite de leur aventure sur Okcowboy, Soblacktie, Cadot et les Rhabilleurs.

 

 

Share the love

Partagez votre avis