Culture

Contre-cultures : à La Rencontre De L’après-punk Londonien

Parmi la panoplie habituelle des expositions de la rentrée, en voilà une qui nous a attiré l’oeil. Pas de budget faramineux, ni de mise en scène spectuculaire : juste une série d’objets (re-)trouvés qui témoignent de trente ans de glorieuse insoumission.

Inutile de préciser que cette exposition ne se passe pas en France, mais de l’autre côté de la Manche. C’est à Londres, capitale de la contre-culture, que trois femmes artistes ont décidé de documenter l’évolution ‘non-officielle’ de la ville, celle qui s’écrit en marge de l’histoire.

Avec le soutien de l’Institute of Contemporary Arts, Emily King, Princess Julia et Libby Sellers ont invité une cinquantaine de talents du design londonien à puiser dans leur passé pour partager leurs propres impressions de Londres depuis l’ère post-punk.

Plutôt que d’investir les murs d’une bâtisse officielle, “A journey through London’s subculture: 1980’s to now” squatte l’ancien Hotel Selfridges, espace caverneux laissé à l’abandon. Un contenant des plus appropriés pour abriter les clés de la contre-culture.

Au fil d’une série d’objets trouvés, de coupures de presse et de vêtements vintage, Zaha Hadid, Marc Lebon ou encore Tom Dixon nous dévoilent quelques fragments de vie, un désordre organisé. Côté créateurs, Alexander McQueen, JW Anderson et Louise Gray offrent un aperçu de ‘l’exception anglaise’.

Affiches géantes, installations et vidéos viennent compléter cette expérience pluri-disciplinaire et totalement immersive qui conte l’histoire d’une ville à l’épreuve des ravages du SIDA, de l’austérité thatchérienne, de la marche inexorable de la mondialisation…

Mais une ville est avant tout le reflet de ses habitants. A l’image d’Andy The Furniture Maker, mi-ébéniste, mi-escort, l’ICA célèbre ces sublimes créatures de la contre-culture…

“A journey through London’s subculture: 1980’s to now”

à l’ancien Selfridges Hotel, jusqu’au 20 octobre

www.ica.org.uk

Share the love

Partagez votre avis