Cosmétique

Dans Ma Salle De Bains

Cela faisait un petit moment qu’on ne vous avait pas parlé de soins et senteurs au masculin sur Materialiste. Je profite donc d’une salle de bains entièrement refaite à neuf pour vider mes placards et tiroirs et vous dévoiler mes références d’aujourd’hui et de toujours.

Comme la plupart des (presque) trentenaires un poil OCD, j’ai un régime beauté bien rodé. A chaque moment de la journée correspond un rituel, une odeur, une impression… Pour que la matinée démarre sous les meilleurs auspices, je commence par allumer une bougie dynamisante, l’Empire de chez Cire Trudon, première manufacture cirière de France. Du pin, de la sauge et du foin, de la marjolaine, du romarin … Une chaleur éclatante et enveloppante qui rend le réveil plus agréable.

Cire Trudon, Bougie Empire, Env. 60 €

Une fois l’ambiance assurée, je passe aux choses sérieuses. En bon maniaque des cheveux, je ne saurais me contenter du shampooing tout-en-un. Pour un usage quotidien, rien de tel que le duo shampooing-après-shampooing infusé d’huile essentielle de citron de chez l’apothicaire new-yorkais C.O. Bigelow. Doux et riche en protéines de blé et en vitamine E, il fait partie des complices capillaires de l’homme moderne.

Trois fois par semaine, je complète avec les soins miracles de mon coiffeur, David Mallett. L’ingrédient mystère ? L’huile de noix de macadamia raffinée, naturelle et noble, qui nourrit en profondeur les cheveux pour une hydratation et une brillance inégalées. Un luxe devenu indispensable au fil du temps…

David Mallett, Conditioner No. 1, 38 € ; David Mallett, Shampoo No. 1, 35 €

C.O. Bigelow, N° 312 Lemon, 15 € chez Colette ; C.O. Bigelow, N° 314 Lemon, 15 € chez Colette

Vestige d’une enfance passée dans un internat au fin fond de la campagne anglaise, je me lave uniquement au savon. Maître en la matière, la pharmacie florentine Santa Maria Novella propose une sélection de savons entièrement naturels, fabriqués à la main selon une tradition séculaire. Le résultat ? Une peau nourrie, lisse et délicatement parfumée.

Savon Tabacco Toscano, 28,50 € chez Santa Maria Novella, Savons au thé blanc, Bulgari

Véritable moment de détente et de réflexion, le rasage demande également beaucoup de rigueur. Pour une précision optimale, je reste fidèle à ma terre natale avec un produit des plus étonnants : le savon à barbe à base de linoline, extraite de la graisse de mouton. Fabriqué par l’entreprise familiale Mitchell’s, il mousse comme nul autre et sent bon le propre.

Mais un bon savon ne vaut rien tant qu’il ne s’étale pas avec un blaireau de qualité. Avec ses ‘silver-tipped badgers’, la maison anglaise Kent reste indétrônable. Ici, un modèle offert par mes parents à mes 18 ans et qui, à la diférence de son propriétaire, n’a pas pris une ride ces 10 dernières années…

Bougie Namche Bazar, 50 € chez Astier de Villatte

Mitchell’s Wool Fat Shaving Soap, env. 30 € au BHV Homme

Savon Tabacco Toscano, 28,50 € chez Santa Maria Novella

Le rasage se termine avec un geste bien particulier, si rassurant et donc si nécessaire : quelques gouttes d’eau de Cologne derrière les oreilles et autour du poignet en guise de bénédiction avant d’affronter la journée. Deux créations en particulier me touchent par leur histoire. Tabacco Toscano de chez Santa Maria Novella, aux effluves enrobantes de tabac et de vanille, s’inspire de l’univers racé du célèbre cigare toscan, fabriqué à Lucca depuis 1818, signe d’accomplissement offert aux hommes d’État italiens.

Kent Brushes, Blaireau véritable avec son manche en ivoire, à partir de 100 €

Acqua di colonia Tabacco Toscano, 85 € chez Santa Maria Novella

Eau fugace, Astier de Villatte, env. 100 € les 150 ml

Jus subtile au nom imagé, l’Eau Fugace de chez Astier de Villatte est à mon sens la quintessence de l’élégance masculine : vif comme un éclair, distinctif et distingué, complexe, cérébral et terriblement attachant. Un sublime bouquet solaire d’agrumes et d’herbes aromatiques qui se joue sur fond de patchouli.

Aesop, Hydratant anti-oxydant, 49 € les 50 ml ; Aesop,  Huile fabuleuse pour le visage, 45 € les 25 ml

Aesop, Gel équilibrant B Triple C, 89 € les 60 ml ; Aesop, Crème anti-oxydante yeux, 67 € les 10 ml

Pour les soins du visage, une seule adresse : l’apothicaire australien Aesop. Perfomants et luxueux, les produits de la maison puisent dans le meilleur de la nature et de la science pour un résultat remarquable. Parmi les incontournables, la gamme à la graine de persil, aux vertus anti-oxydantes, dont l’hydratant léger et frais (astuce : ajoutez-y une goutte d’Huile fabuleuse) et la crème pour les yeux, qui m’a sauvé la mise plus d’une fois après une nuit blanche.

Mais c’est le sublime gel équilibrant B Triple C qui remporte tous les suffrages. Véritable condensé de santé, son précieux nectar réveille le visage en à peine quelques secondes. Autant dire qu’il s’impose comme une évidence aux yeux de ce quasi-trentenaire…

David Mallett, Hair Serum #DM027, 65 € les 50 ml ; David Mallett, Spray Volume N°. 2, 30 € les 150 ml

David Mallett, bougie Le Salon en hiver, 45 € ; Diptyque, Eau de Parfum Philosykos, 95 € les 100 ml

Avant de partir, une pointe de sérum #DM027 ou quelques pschitts de Spray Volume N°2 dans les cheveux, c’est selon. Le premier allie huiles précieuses de macadamia et vison pour un éclat imparable ; le deuxième contient de l’extrait d’Algue de Nori, idéal pour un cheveu plus épais et vivant. En touche finale, la reine des eaux de parfums, Philosykos de Diptyque, qui continue à distiller ses notes fraîches et luxuriantes à mesure que la journée avance.

Bougie Namche Bazar, Astier de Villatte ; Bougie Tabacco Toscano, 25 € chez Santa Maria Novella

De retour chez moi à la tombée de la nuit, le cerveau fatigué autant que les jambes, je me contente d’un rituel bien plus simple : allumer quelques bougies avant de me glisser dans mon bain…

Share the love

Partagez votre avis