Style

J.w. Anderson X Versus

Avec Versus, Versace est à la pointe de la modernité. Donatella Versace souhaite s’affranchir des carcans du calendrier annuel de la mode et de l’hégémonie du système de saisons. Très en phase avec l’époque 2.0, elle veut en faire une marque entièrement numérique, une digital brand, suivant son propre rythme, fondant son succès uniquement sur internet.

L’intelligence de Donatella Versace s’observe également à travers les personnes dont elle choisi de s’entourer. J.W. Anderson, d’abord, dont la collection Printemps / Été 2013 avait été très remarquée, arrive à pique pour faire sensation avec le retour de la ligne. Mais ce n’est pas tout : lors de la soirée de lancement à New York, Donatella a fait venir deux artistes à la notoriété grandissante : Grimes et Angel Haze, devenues ambassadrices d’un soir.

Cette collection est l’occasion de jouer une fois de plus avec les symboles forts de la marque: la méduse, emblème phare, les imprimés sauvages, le cuir laqué et, bien entendu, les épingles.

L’influence de ce cher J.W. Anderson se ressent principalement au niveau des coupes, géométriques, près du corps, qui dévoilent souvent plus de peau que les hommes n’ont l’habitude d’en montrer. Il continue à travailler autour de l’androgynie et importe coupes et matériaux du vestiaire féminin, apportant un soin tout particulier aux détails.

 

Globalement, il faut admettre que cette capsule n’est pas à la portée de tous. Mais elle a pour intérêt majeur de venir bousculer une mode masculine parfois ennuyante. Pour les plus excentriques d’entre vous, Materialiste apprécie particulièrement deux pièces au sein de cette capsule : le manteau noir croisé, affublé d’une lanière de cuir large, du plus bel effet, et le pantalon imprimé zèbre, qui, accompagné d’un blazer bleu marine, formerait une couple détonant.

On notera également des pièces tout à fait improbables, comme ce ciré zébré, porté jambes nues. Ou ce semi-débardeur, une manche plumée d’un côté, sans manche et épinglé de l’autre. On apprécie le travail et l’esthétique, mais on a du mal à l’imaginer porté !

 

Share the love

Partagez votre avis