Style

Tête-à-Tête : Michel Perry nous reçoit chez J.M. Weston

La lumière qui filtre à travers les vitraux Art déco, la musique du parquet d’origine qui craque sous mes pas… Une paix que rien ne semble troubler. Ici, à deux pas de l’Eglise de la Madeleine, j’ai la curieuse impression d’être chez moi. Dans mon quartier de cœur ? Peut-être bien. Mais surtout chez mon chausseur de prédilection, J.M. Weston.

JM-Weston-Madeleine-II

Photo : Thomas Lannes

Au terme de trois mois de travaux, la boutique J.M. Weston du 1-3 boulevard de la Madeleine ouvre ses portes à nouveaux, inaugurant un espace intime et raffiné, effortlessly masculine comme le disent les Anglais. Entièrement repensée par Michel Perry, la boutique s’imprègne inéluctablement de son âme : nonchalante, spirituelle, tout simplement chic. Qui de mieux que l’homme himself pour nous raconter son nouveau chez lui ?

UN NOUVEL ÉCRIN

JM-Weston-Madeleine-X

Photo : Thomas Lannes

Michel, nous sommes ici au coeur de la Madeleine… Quelle est la particularité de cette adresse historique, et qu’est-ce qui vous a motivé à repenser l’espace ?

Avec les boutiques de la rue de Courcelles et des Champs-Elysées, la boutique du boulevard de la Madeleine est parmi celles qualifiées d’historiques. Cela fait un moment que l’espace existe, et j’ai voulu l’adapter au nouveau concept J.M. Weston, que nous avons mis en place avec la boutique de la rue Saint-Honoré, qui a ouvert ses portes il y a maintenant un an.

Un espace s’inscrit obligatoirement dans son environnement. Ici, dans le quartier de la Madeleine, je cherchais un environnement contemporain sans pour autant qu’il soit trop fashion, international à l’image de nos clients… Un peu l’appartement de l’homme Weston, si vous voulez.

Il y a sans doute un effet de transfert entre ce qui est ma personnalité, mon art de vivre par rapport à Weston. M. Perry et M. Weston sont très proches : ce n’est pas Gainbourg et Gainsbarre, mais parfois cela se confond un peu petit peu, et lorsque je regarde le résultat, j’avoue que je me verrais bien habiter un appartement comme celui-ci.

JM-Weston-Madeleine-V

Photo : Thomas Lannes

Vous auriez pu faire appel à un architecte d’intérieur, et pourtant vous avez choisi d’en faire une affaire personnelle. On sent que le design est une véritable passion chez vous…

Oui, c’est moi qui ai tout choisi. Le design, c’est quelque chose de global chez moi, une façon de penser la mode, les collections de chaussures, la déco, l’architecture, l’art du voyage. C’est un tout, c’est difficile de diviser. Il est bien plus facile pour moi de réfléchir à une proposition chez Weston en ayant une vision globale de la façon de vivre aujourd’hui.

Je sais à quel point la maison est attachée à ce que ses clients se sentent ‘comme à la maison’… Dans quelle mesure cette idée du ‘chez soi’ se retrouve-t-elle dans le nouveau décor ?

C’est quelque chose de très sincère, de très transparent par rapport à ma personnalité. Je n’essaie pas de camoufler, de faire du marketing. J’exprime ce que je suis et ce que je pense qu’est la maison Weston. C’est très personnel comme démarche… Bien sûr, en tant que personne, je ne suis pas hermétique à tout, je traduis l’essence de ce que je ressens de l’époque.

 UN SERVICE D’EXCEPTION

JM-Weston-Madeleine-III

Photo : Thomas Lannes

Avec plus de 100 modèles et 180 peaux et couleurs différentes, le propre de la commande spéciale est de mieux révéler la personnalité de chaque client…

C’est une approche qui n’est pas qualifié de sur mesure mais qui donne un champs de possibilités énorme et à chacun la possibilité de rêver. C’est quand même important de se faire plaisir.

Personnellement, j’adore la bottine montage de la collection Country Gents : très chic ! Telle qu’elle est, ou bien tout en croco. J’avoue qu’elle est très très proche de mes goûts. Présentée en boutique en veau box, cette version en croco nubucké est sur commande spéciale uniquement.

J.M.WESTON_CHAUSSURES#02-002

La Bottine Montagne de la collection Country Gents, modèle préféré de Michel Perry

L’idée de la collection Country Gents était de faire un retour aux origines de Weston, parce que dans les années 30 les premières collections de la maison s’inspiraient d’un mode de vie : c’était l’époque où on pratiquait son sport préféré avec des Weston.

Classique ou eccentrique, chacun porte ses Weston à sa façon

Michel Perry, directeur artistique

J’ai trouvé intéressant de revisiter cette première période, ces premiers modèles outdoor, qui se prêtent parfaitement à une utilisation urbaine. Ce qu’il faut voir chez nous, c’est qu’il n’y a pas une forme de direction donnée : classique ou eccentrique, chacun porte ses Weston à sa façon.

Peut-être que la plus belle surprise de la boutique est la pièce où l’on voit travailler le cordonnier de la maison… Une manière élégante de faire entrer le savoir-faire en boutique !

Je trouve ça génial d’installer l’idée d’un atelier en boutique. Plutôt que d’en parler, il y a une concrétisation du savoir-faire, et qui n’est pas sur-faite, exagérée. Trop souvent on veut sur-communiquer sur l’artisanat ; ici, on l’effleure naturellement.

JM-Weston-Boutique-Paris

Photo : Thomas Lannes

La commande spéciale propose également une sélection de maroquinerie sur mesure… Quel est selon vous l’accessoire Weston que tout homme se doit d’avoir ?

Je prendrais sans hésiter un 48h Weston. Une paire de bottines Country Gents et un sac 48h. C’est plutôt simple, non ? Dans la série des 48h, on a des toiles qui sont magnifiques : du bleu océan, du camel, du noir…

JMWESTON_STHO#05-1

Le 48h de J.M. Weston, accessoire de choix de Michel Perry

Pour la petite anécdote, un client est entré dans la boutique de la rue Saint-Honoré où il a remarqué ce canapé jaune en feutre avec passepoil gris. Il a voulu se faire faire un sac en cette matière-là, et on a réussi à la trouver. Sortir des sentiers battus, c’est possible !

 L’ESPRIT WESTON

Michel-Perry-Encre-de-Chine

Encre de chine signé Michel Perry

J.M. Weston est une maison qui sait laisser le temps au temps… Une démarche à laquelle nous sommes particulièrement sensibles. Prenez-vous le temps de prendre votre temps malgré votre agenda chargé ?

Je pense que pour être sincère et efficace avec une maison comme Weston, il faut être soi-même. J’avoue que je travaille en me laissant le temps, en laissant les choses venir, en les vivant, en faisant de la décoration, de l’architecture et de la peinture.

Je trouve que le rythme infernal de la mode n’est pas bon pour la pérennité de ce qu’on propose. La création devient trop éphémère, tout ce que Weston n’est pas : il faut faire en sorte que le client qui achète des Weston puisse les garder longtemps et ne pas les jeter avant même d’avoir pu les laisser vieillir, parce que ‘démodées’…

Encre-de-chine-Michel-Perry-II

 

Encre de chine signé Michel Perry

La rumeur voudrait que vous ayez vendu 32 paires de chaussures de votre griffe éponyme à Sharon Stone en une seule fois… Quel est le plus bel escarpin que l’on puisse offrir à une femme ?

Premier conseil : surtout ne pas vampiriser la femme avec les chaussures. Un escarpin, c’est un outil qui doit mettre en valeur une femme, sa personnalité, sa sensualité, son élégance. Il faut jouer sur les lignes de cambrure, celles des talons. Il y a une harmonie à trouver avec le corps de la femme.

En tant que chausseur, je me dois avant tout d’apporter du confort et de l’élégance.

Michel Perry, directeur artistique

J’élimine tout ce qui est trop expérimental, graphique. Je suis pour des chaussures avec une certaine sinuosité qui créent une démarche chaloupée, et contre toutes les exaggerations possibles. Je ne voudrais pas que ce soit un exercice d’auto-satisfaction. En tant que chausseur, je me dois avant tout d’apporter du confort et de l’élégance. Après réflexion, je pense que Manolo Blahnik me paraît le créateur le plus juste aujourd’hui : il travaille dans le respect de la sensualité et de la femme.

Autant je trouve un escarpin très bien dessiné parfait sur une femme, autant j’aime aussi le côté détourné et emprunté aux hommes. Plus la femme est féminine, plus elle peut s’inspirer des éléments de la garde-robe masculine. Il y a une certaine beauté troublante dans ce jeu androgyne. Pour que ça fonctionne, encore faut-il que ces chaussures soient réalisées avec une main masculine. Je ne suis pas trop pour la chaussure pour femme dite masculine réalisée par une manufacture féminine. Cela crée un manque d’authenticité ; chez Weston, c’est cette sincérité qui fait que ça fonctionne.

Avant de s’en aller, trois mots pour résumer l’esprit de l’homme Weston…

C’est une rencontre entre la culture, l’élégance et la séduction. La séduction sans ostentation, bien entendu.

Adresse

  • J.M. Weston
    1-3, boulevard de la Madeleine
    75001 PARIS